Communiqué de presse : revues Papagai & Plumalhon


Mai 2018

Dans l’édition nº1101 en date du 27 avril de La Setmana, la société Vistedit appelle l’Office public de la langue occitane à revenir sur sa décision de ne plus lui accorder d’aide en 2018 pour l’édition des revues pour enfants Plumalhon et Papagai.

Ce choix de l’Office est le résultat d’une décision partenariale des membres de l’Office, dans la continuité des actions régionales mises en oeuvre au cours des dernières années.

Il a été fait après le constat d’un manque de réactivité de Vistedit à la suite de plusieurs tentatives d’accompagnement proposées par les Régions d’abord puis par l’Office public de la langue occitane pour sortir la société de ses difficultés. En effet, depuis plusieurs années, les revues Papagai et Plumalhon ne parviennent pas à trouver leur public malgré une augmentation régulière du nombre d’enfants en capacité à les lire. Notamment :

  • En 2012/2013: les Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées ont financé une étude portée par l’Association nationale pour la formation et le perfectionnement professionnels dans les métiers de l’édition (Asfored) avec le soutien de l’agence régionale d’Aquitaine ECLA (Ecrit Cinéma Livre Audiovisuel). Cette étude s’est notamment basée sur la perception d’utilisateurs des revues Papagai et Plumalhon (parents, enseignants…) sollicités pour l’occasion, et a permis l’élaboration d’un diagnostic et de préconisations sur l’offre éditoriale, l’accompagnement à la commercialisation… Il s’agissait d’un accompagnement technique vers une nécessaire adaptation aux besoins du lectorat, du format des revues et au développement d’une véritable stratégie commerciale. Néanmoins, peu de changements ont été constatés, et aucun accompagnement n’a pu être mis en place ;
  • En 2017, les services de l’Office et la Région Nouvelle-Aquitaine ont repris contact avec Vistedit, en lien et en accord avec la Région Occitanie, pour un accompagnement spécifique. Ces échanges devaient servir à faire un point sur les objectifs de la structure et s’appuyaient en particulier sur la définition par Vistedit d’une stratégie de développement. Conscient de la fragilité et de la complexité de la situation de cette maison d’édition, l’Office l’a orientée vers un dispositif public, le Dispositif Local d’Accompagnement (DLA), qui accompagne des structures sur le développement et la consolidation de leurs activités. Pour pouvoir accompagner au mieux Vistedit, l’Office a intégré le Comité territorial du Béarn du DLA en novembre dernier, mais Vistedit n’a adhéré que de façon tardive à ce dispositif.

Pour ces raisons, après plusieurs rencontres et au regard du manque de cohérence des éléments de prospective et de suivi commercial et financier fournis, le constat est fait que les conditions nécessaires à une revitalisation de Plumalhon et Papagai ne sont pas présentes. Sur cette base, l’Office public de la langue occitane, tout en s’appuyant sur des éléments objectifs, a désormais choisi d’arrêter son accompagnement.

Nous précisons également que depuis 1995 date de sa création, La Setmana a toujours été publiée sans aucune aide ni des Régions, ni de l’Office public de la langue occitane. Cependant, s’il devait y avoir un impact indirect sur La Setmana, l’Office est prêt à étudier des solutions alternatives, dans le respect du principe de l’indépendance envers le pouvoir politique de la presse d’opinion et d’information.

Enfin, comme vous le savez, l’Office public de la langue occitane est un établissement public piloté par les Régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et l’État. Il a pour objet de valoriser et de développer des outils efficaces de politique linguistique. L’Office public de la langue occitane est actuellement en phase d’élaboration de son plan d’action. Après des entretiens de cadrage et l’établissement d’un état des lieux entamé en novembre 2017, il organisera une phase intensive de concertation durant les prochains mois de juin et juillet sur Bordeaux, Limoges, Montpellier, Pau et Toulouse.

La question de la presse écrite et plus généralement de celle des médias est centrale dans cette réflexion sur la définition de la politique linguistique de développement de l’occitan. Ainsi, des solutions alternatives relatives aux périodiques écrits seront mises à l’étude avec l’ensemble des opérateurs concernés pour la langue occitane.

L’Office public de la langue occitane